top of page

Saison 3 - Lyrics

1 - Ici-Bas

Si tu veux continuer de vivre

Où, où

Alors moi je veux bien te suivre

Où, où

Sur les routes qui délivrent

 

Parle-moi encore de tes rêves

Et je prendrai la relève

Ici-bas

 

Si tu veux continuer de vivre

Où, où

Alors moi je veux bien te suivre

Où où

Sur les mers à la dérive

 

Parle-moi encore de tes rêves

Et je prendrai la relève

Ici-bas

 

Si tu veux continuer de vivre

Où, où

Alors moi je veux bien te suivre

Où où

Sur les sommets dans le givre

 

Parle-moi encore de tes rêves

Et je prendrai la relève

Ici-bas

 

Si tu veux continuer de vivre

Où, où

Alors moi je veux bien te suivre

Où, où

Sur les routes qui délivrent

 

Parle-moi encore de tes rêves

Et je prendrai la relève

Ici-bas

2 - Qu'la vie est dure

Tous les lundis, j’suis déprimé

J’arrive pas à me réveiller

Faut pourtant que j’aille bosser

J’ai un tas d’factures à payer

Oh qu’la vie est dure

Faut voir tout c’que j’endure

Oh qu’la vie est dure

Ça ira mieux demain

 

L’ascenseur est encore en panne

Dans l’escalier j’croise Marie-Jeanne

Me vl’a rendu devant l’parking

j’trouve pas mes clés au fond d’mon jean

 

Oh qu’la vie est dure

Faut voir tout c’que j’endure

Oh qu’la vie est dure

Ça ira mieux demain

 

Ma p’tite amie s’est fait la malle

Et dans un sens c’est pas plus mal

Notre vie était trop banale

Ma vie était vraiment bancale

 

Oh qu’la vie est dure

Faut voir tout c’que j’endure

Oh qu’la vie est dure

Ça ira mieux demain

3 - Roi de la Forêt

Roi de la forêt

Tu es mort ce matin

Ils étaient vingt pantins

Ils étaient cent contre un

 

Roi de la forêt

Vingt fois ils ont tiré

Vingt fois ils t’on raté

Tu as même espéré

 

Roi de la forêt

Une couronne d’épines

T’a arrachée l’échine

Sous une meute affamée

 

Roi de tant d’années

Un jour le loup viendra

Et il te défendra

Empereur tu seras

4 - Les Amants de la Bergère

Il était une jolie bergère

Une bergère bien solitaire

L’emmenait paître ses blancs moutons

Ses moutons blancs comme son jupon

Son chien courrait près des blés murs

Vers les moutons à toute allure

Ils traversèrent la rivière

Vers la forêt ils s’enfuiyèrent

Angélique car c’était son nom

En oublia son aiguillon

Angélique car c’était son nom

En déchira son cotillon

Elle reconnu la vieille forêt

Où les anciens n’allaient jamais

Le soleil déjà était bas

Quand épuisée elle s’arrêta

 

C’est une belle histoire

C’est une belle histoire

suffit d’y croire

Promis je te la raconterai

Si tu sais garder un secret

Promis je te la raconterai

Quand les enfants seront couchés

Au petit jour elle se leva

Elle vit Merlin qui était là

Un feu dansait sous son chaudron

Il préparait quelques potions

 

Mais les moutons arrivèrent tous

Avec le vieux chien à leur trousse

Merlin se mit à blasphémer

Ne pu jamais les arrêter

 

Et le chaudron ils renversèrent

En beaux garçons se transformèrent

Le sorcier jeta le chaudron

Et proféra mille jurons

 

Angélique sortit du buisson

Récupéra tous les garçons

Et ils la trouvèrent si belle

Qu’ils vécurent mille ans auprès d’elle

 

C’est une belle histoire

C’est une belle histoire

suffit d’y croire

Promis je te la raconterai

Si tu sais garder un secret

Promis je te la raconterai

Quand les enfants seront couchés

Quand les enfants seront couchés

5 - Et d'Ailleurs

Frappez les frappez,

que le sang ils crachent

Torturez, torturez,

l’invisible vous cache

Donnez-leurs, donnez leurs,

le tempo des souffrances

Toujours l’heure, toujours l’heure,

toujours l’heure des violences

 

Broyez les broyez les,

si c’est pour notre bien

Innocents, ils sont muets,

leurs cris ne servent à rien

Donnez-leur donnez-leur,

les couronnes du sacre

Bientôt l’heure bientôt l’heure

Bientôt l’heure du massacre

 

Et d’ailleurs c’est étrange

rien ne vous dérange

Et d’ailleurs c’est étrange

tout change

 

Et la mort programmée,

résonne dans l’air

C’est la fin c’est la fin

c’est la fin du calvaire

Tenez les prisonniers,

ils sont faits comme des rats

Aiguisons les couteaux,

pas un n’échappera

 

Des dizaines des centaines

des milliards dans le rang

Et des rivières de pleurs

et des fleuves de sang

Donnez-leur donnez-leur,

les couronnes du sacre

Bientôt l’heure bientôt l’heure

Bientôt l’heure du massacre

Et d’ailleurs c’est étrange

rien ne vous dérange

Et d’ailleurs c’est étrange,

Tout change

6 - Et toi

Et toi, perdu dans la masse

Plus rien ne dépasse

Cerveau dans l‘impasse.

Et toi, réveille ta voix

Prends une nouvelle voie

Il faut que ça envoie.

 

Bouger, il faut toujours bouger

Bouger, il faut toujours bouger

Et toi, enfermé dans la peur

Préserve tes valeurs

Méfie toi des menteurs.

 

Et toi, devant ta télé

T’es déjà programmé

Pour aller consommer

Payer, il faut toujours payer Payer, il faut toujours payer

 

Et toi Perdu dans la masse

Plus rien ne dépasse

Cerveau dans l‘impasse

Et toi Reveille ta voix

Prends une nouvelle voie

Il faut que ça envoie

 

Bouger, il faut toujours bouger

Bouger; il faut toujours bouger

7 - Il avait rêvé

Il avait rêvé, rêvé de Jamaïque

maisons colorées, à l’ombre des palmiers

Déjà tout petit, il avait le déclic

Quand sa mère en boucle, écoutait du reggae

Un atterrissage, tout près de Kingston

Dans l’aéroport, touristes qui téléphonent

Hôtel 4 étoiles, piscine et jacuzzi

Très vite il s’ennuie, il veux voir le pays

 

Oh la Jamaïque, les couleurs d’Afrique

Il aura des amis, peut-être une pt’ite amie

Il va s’éclater, y’aura du bon reggae,

bien sûr ça va tourner

 

Aller à Nine Miles, mais une envie le gagne

Dans la jungle il ira, grimper dans la montagne

Arrivé au sommet, un concert qui commence

ça sonne reggae, tout un village en transe

Il a vu la fille, qui danse comme une anguille

Et toute la nuit, jamais il ne s’ennuie

Au petit matin, un vieux Rastaman

L’invite à le suivre chez le sorcier Chaman

Oh la Jamaïque, les couleurs d’Afrique

Il aura des amis, peut-être une pt’ite amie

Il va s’éclater, y’aura du bon reggae,

bien sûr ça va tourner

8 - Ça m'fait pas rire

Faire de l'humour, pas facile,

faire de l'humour, c'est subtil.

Dans notre système si fragile, faire de l'humour c'est puéril.

À la télé, à la radio, y'a des histoires plus qu'il n'en faut,

Même dans la rue, dans le métro, on voit de tout, c'est presque trop.

On nous dirige depuis longtemps, on nous fait croire au firmament.

On nous arnaque aussi d'autant, certain se marrent

d'autres déclarent :

Ça m'fait pas rire de voir tout ça,

ce gâchis de nos âmes.

Ça m'fait pas rire de bien entendre,

où est-ce que tout ça va ?

Ça m’fait pas rire de pas être sûr,

qu'on va pas tous au mur

Est-ce que l'on va sortir de ça ?

Toutes les magouilles sur notre terre,

Qui nous embrouillent, qu'on laisse ce faire

Toutes les saloperies dites modernes,

Qu'on balance dans notre atmosphère

Tous les conflits dont on oublie

Comment ils ont pu commencer ?

Sourds au mouvement de l'univers,

On continue dans nos gué-guerres, alors :

Faire de l'humour, pas facile,

faire de l'humour, c'est subtil.

Dans notre système si fragile,

faire de l'humour c'est puéril. Moi…

Ca m'fait pas rire de voir la ronde,

qui saôule notre monde.

De voir les peuples évoluer

en oubliant leur entité.

Ça m'fait pas rire de constater

que malgré notre histoire, la condition d'être humain

est toujours proche de l'esclavage

Ca m'fait pas rire les religions,

qui se détournent de leur missions

De leurs principes d'éducation,

en maintenant sur nous la pression

Ca m'fait pas rire les privilèges, qui n'ont jamais cessés

Faussant d'entrée de jeu la règle, du principe de l’égalité, l’égalité.

Ça m'fait pas rire de voir tout ça, ce gâchis de nos âmes

Ça m'fait pas rire de bien entendre, où est-ce que tout ça va ?

Ça m’fait pas rire de pas être sûr, qu'on va pas tous au mur

Est-ce qu'on va sortir de ça ?

Ça m'fait pas rire de voir tout ça, ce gâchis de nos âmes

Ça m'fait pas rire de bien entendre, où est-ce que tout ça va ?

Ça m’fait pas rire de pas être sûr, qu'on va pas tous au mur

Est-ce qu'on va laisser faire ça ?

9 - C'est ton anniversaire

C’est ton anniversaire

Anniversaire !

Il va falloir t’y faire

Falloir t'y faire !

Joyeux anniversaire

Anniversaire !

C’est sûr que ça va t’plaire

Que ça va t'plaire !

Il va falloir souffler toutes les bougies

Le gâteau t’attend là depuis minuit On le sait tu as pris un an de plus

Mais tu resteras toujours le meilleur, le meilleur !

C’est ton anniversaire

Anniversaire !

Il va falloir t’y faire

Falloir t'y faire !

Joyeux anniversaire

Anniversaire !

C’est sûr que ça va t’plaire

Que ça va t'plaire !

10 - Ainsi va la vie

Ainsi va la vie, Je te l’avais dit,

Tous les chemins ne mènent pas au Paradis

Si t’as pas compris, relève le défi,

Tu n’es qu’un funambule sur le dos d’une mule

 

Et Parfois, le soleil reste bas

Et Parfois, il ne se lève pas

 

C’était un jeudi, Elle était jolie,

Je me suis dit qu’elle était

vraiment trop belle pour moi,

Quand elle est partie, le p’ti prince à dit,

Puisque c’est ainsi revient donc vendredi

 

Et Parfois, le soleil reste bas

Et Parfois, il ne se lève pas

 

Ainsi va la vie

Ainsi va la vie

Ainsi va la vie

 

Et le vendredi, devant Monoprix

Je me suis dit le petit prince ne m’a pas menti

J’me suis avancé, elle m’a regardé

C’est alors qu’elle m’a dit qu’elle s’appelait Aurore

 

Et parfois, le soleil brille fort

Et parfois, il n’a pas vraiment tort

 

Ainsi va la vie

Ainsi va la vie

Ainsi va la vie

11 - Bucéphale

12 - Santa-Maria

Elle s’appelait Santa-Maria

Elle revenait des grands froids

On l’attendait Santa-Maria

Elle revenait pour la première fois

 

Quand ils l’ont vue, Santa-Maria

Les Dragons bleus se prosternèrent là

On l’attendait Santa-Maria

Elle revenait pour la première fois

 

Elle s’appelait Santa-Maria

Elle revenait des grands froids

On l’attendait Santa-Maria

Elle revenait pour la première fois

13 - Saison 3

Te souviens-tu du temps

Où courraient les enfants

Pleins de vie insouciants

Entourés de géants

 

Oh que la vie était belle

Oh tu la pensais éternelle

 

Le printemps est passé

L'Automne est arrivé

Et par la grande porte

S’envolent les feuilles mortes

 

Oh que la vie était belle

Oh tu la pensais éternelle

 

Quand l’hiver sera là

Il ne fera pas froid

Elle te regardera

et tu la comprendras

 

Oh que la vie était belle

Oh tu la voulais éternelle

13 - Il faut continuer

La pluie s‘est arrêtée,

Un arc en ciel dorée,

Se reflète à mes pieds.

Rester là jusqu’au soir,

Repeindre le ciel en noir,

Étreindre les étoiles.

 

Si tout a déjà été dit,

Si tout à déjà été fait,

Il faut continuer d’avancer,

Il faut continuer.

 

Il reviendra demain,

De l’or au fond des mains,

Il n’a rien oublié.

L’oiseau qui s’est posé,

L’oiseau qui t’a parlé,

De paroles envolées.

 

Si tout a déjà été dit,

Si tout à déjà été fait,

Il faut continuer d’avancer,

Il faut continuer.

 

© Les Cracheurs de Fées 2023

bottom of page